Séminaire : « Quel littoral pour demain » au Palais des congrès de Perpignan

Séminaire : « Quel littoral pour demain » au Palais des congrès de Perpignan

Ce congrès fut très instructif. Y participaient, le Préfet des P.O. , des représentants du Conseil Départemental, du Conseil Régional et du Parc Marin du Golfe du Lion, de nombreux maires du département, de multiples ingénieurs du littoral (appartenant à structures publiques, para-publiques, universitaires et privées). Les sociétés SOGREAH et Geotube étaient présentes.… ….

  • Une surprise : Dans le hall principal, étaient affichés six posters du Racou en période de submersion sur une dizaine d’affiches d’érosion.
  • Plusieurs satisfactions : Il a été confirmé qu’à ce jour l’augmentation du niveau marin n’avait eu qu’un impact négligeable sur l’érosion du littoral. La responsabilité des digues et ouvrages portuaires a, en revanche, été une nouvelle fois confirmée.
  • Un sujet d’inquiétude : Dans l’un des trois « Travaux pratiques », il été recensé avec un certain cynisme les méthodes susceptibles de faire partir les riverains d’eux-mêmes des zones menacées : augmentation des impôts locaux ou des assurances, effondrement du prix des maisons, méthode autoritaire avec expropriation sans dédommagement, proposition de relocalisation en arrière, etc…  On parle ainsi pudiquement « d’acceptabilité » ou « d’adaptation ».   En l’état actuel de la législation, il n’y a toujours aucune solution d’indemnisation si l’érosion est considérée comme un phénomène naturel.
  • De nombreuses solutions ont été évoquées. Même si on a parlé de « recul stratégique », de « laisser faire » et de » relocalisation », ce qui est la doxa ambiante actuellement, de nombreuses butées de pied/atténuateurs de houle en enrochements ou en géotubes ont déjà été installés ou vont l’être dans l’Hérault et sur la côte d’Azur.

A titre d’exemple, dans l’Hérault, au large de Vendres, petit village de 2600 habitants, la commune à fait construire en 2009 deux butées de pied/digues immergées pour protéger son littoral : l’une de 300 m en enrochement, copie conforme de celle proposée pour le Racou en 2003 par nos experts et la société Sogreah, l’autre de 240 m en géotextile (géotube).   

Le lido de Sète à Marseillan a déjà bénéficié, sur un kilomètre, de deux géotubes parallèles remplis de sable, complétés par un rechargement en sédiments de 350 000 m3 en 2014. Après trois années d’observation, l’avancée moyenne du trait de côte atteint 15 m. Fin 2017, étant donné ce résultat positif, il fut décidé d’ajouter 1,4 km supplémentaire de géotubes.

golf du lion 150x150 - Séminaire : « Quel littoral pour demain » au Palais des congrès de PerpignanEn consultant le Site du « Parc Marin naturel du golfe du Lion », vous trouverez quelques présentations du séminaire sur l’érosion du 14-15 mars.

Séminaire : « Quel littoral pour demain » au Palais des congrès de Perpignan

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

deux × 3 =